AU 9 RUE DES NOUV’AILES # 34

9 janvier 2019 § 0 commentaire

9 décembre 2018

« Mon port balance » a dit l’oiseau à sa descente d’avion après la lecture des précédentes Nouv’ailes. Les vagues transatlantiques ont poursuivi leurs lentes oscillations mémorielles, parfumées de bagels new-yorkais, de feuilles d’érable et de délices de la mer à la sauce Queen Mary. Avec en bruits de fond les vapeurs d’armistices et le soufre jaune des gaz lacrymogènes qui augmente le pouvoir d’crachat et aveugle les marches pour le climat. Le niveau de l’amer monte, la sommation de consommer asphyxie le tiers du monde et même toujours plus, le pactole du pétrole suicide l’espoir sol(id)aire d’une petite planète bleue et l’humanité se menace d’une insouciante disparition. Et construit des murs de frontières pour mieux foncer dedans, sans oser prévenir ses enfants. Je ne le dirai pas mais pourtant j’aurai bien envie de dire « que l’on vous l’avait bien dit ». Et de faire revenir Reiser, Gébé et tous les amoureux de l’An 01.

Il est temps de mesurer la différence entre nos futurs et no future.

Deux podcast d’émissions de radio se sont télescopées dans mes oreilles de ce mois. Celle sur la campagne présidentielle de René Dumont en 1974 – tout était déjà dit- et celle sur l’irruption du Big Brother de la télé-réalité en 2001- chaque jour, il faut éliminer un des participants, « puisqu’on n’arrête pas le progrès », puisqu’il faut virer le maillon faible… Mais voilà que l’on a maille à partir avec les mailles du tissu social et qu’il faut éviter qu’il se détricote, voire même prendre un nouveau patron… qui ne soit pas taxé d’être une copie carbone… « À vos souhaits ! » Mais il est interdit d’éternuer !

Le rire de celui qui a atteint la félicité est sans pourquoi (Tchouang-tseu)

Dans un mois, le 11 janvier, La Roue du Temps sera installée sur le rond-point de Cologny, près de Genève. Et je mettrai mon tout nouveau tee-shirt pour fêter cela ! Vous en voulez un ? Allez à la photo n°1 de ces Nouv’ailes et passez par la case « Départ pour une belle année 2019 ».

C’est facile de commander sur Internet, cette à-ma-zone commerciale qui met la consommation à portée d’être apportée à domicile. Ça ne va pas ? Pas grave, on peut renvoyer gratuitement le produit à l’expéditeur et fera travailler ces nouveaux esclaves moderne que sont les sous-traitants d’Amazon et continuera d’alourdir le bilan carbone de la planète. Il y a au moins Trois Suisses que cela Redoute.

Il y a des films dont on a pas envie de sortir en sortant du cinéma. Ce fut le cas pour Amanda de Mikhael Hers, dont j’avais déjà beaucoup aimé Ce sentiment de l’été. Ce le fut aussi pour Pupille, beau film sensible sur et autour de l’adoption.

Je voue une cordiale détestation à ce ou cette styliste qui a lancé il y a quelques années la mode des jeans déchirés, cette singerie soit-disante moderne des haillons de la pauvreté. Même sentiment pour l’envahissement de nos costumes des villes et de nos costumes des champs par les motifs de camouflage militaire !

« En quinze ans un tiers des oiseaux ont disparus de nos ville et de nos campagnes » ont alerté le Muséum d’Histoire Naturelle et le CNRS. En un an, 21000 tonnes de plomb sont dispersés dans la nature par les chasseurs en Europe. Quant aux chats et autres matous dont les minois ont fait florès sur les moustaches de nos écrans, il s’avère que ce sont en réalité de furieux prédateurs qui ont sûrement leur part de responsabilité dans cette hécatombe volatile.

Content d’entendre le photographe brésilien Sébastião Salgado confirmer à la radio mon intuition que la destitution de Dilma Roussef et la mise en prison de Lula étaient bien une forme de coup d’état « soft » dont le militaire de profession Bolsonaro est la suite logique.

J’ai acheté le numéro spécial de Reporters Sans Frontières consacré à Vincent Munier. Un excellent moyen de soutenir la liberté de la presse et de se régaler l’œil avec ses somptueuses et émouvantes photos noir & blanc d’ours blancs ou noirs, de grues du Japon ou de phoques barbus.

« Je vis avec curiosité » a dit Louis Sébastien Mercier (1740-1813)  cité par le grand Jean Claude Carrière dont la devise est « les hommes n’ont pas besoin de croyances, mais de connaissances » dans une belle et savoureuse émission de France Inter à (ré)écouter :

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-30-novembre-2018

Cent milliards, c’est à quelques unités près, le nombre d’étoiles dans une galaxie, le nombre de galaxies dans l’univers, le nombre de neurones dans votre cerveau et le nombre d’humains passés sur Terre depuis l’Origine du Monde qui se perd dans la Nuit des Temps.

Fêtes vos jeux et ne mettez pas tous vos vœux dans la même année.

do 91218

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Où suis-je?

Vous êtes en train de lire AU 9 RUE DES NOUV’AILES # 34 chez Do Delaunay.

meta