AU 9 RUE DES NOUV’AILES #44

9 décembre 2019

« Quel est le premier son que vous avez entendu ? »

Écoutez la réponse dans deux minutes, en bas de cette page, le temps que vous lisiez ces quelques lignes.

Comme chaque année, à l’approche des fêtes, je participe jusqu’au 15 décembre à l’exposition des Minis à la Galerie du Génie où une quarantaine d’artistes présente des petits formats, forcément à petits prix (la notion de petit prix étant forcément relative à une époque où, à la foire d’art de Miami, l’artiste Maurizio Cattelan vient de vendre cent vingt mille dollars une banane scotchée sur un mur qu’un autre artiste a mangée. La banane, pas le mur. Mais la banane – œuvre d’art en trois exemplaires avec certificat d’authenticité – a vite été remplacée !) Moins scotchant mais j’espère plus émouvant, j’expose deux sculptures dont pouvez retrouver les images sur la première photo de ces Nou’vailes.

Prêtez-moi une minute et trente secondes et vous pourrez jeter un coup d’œil sur la vidéo de ma récente exposition La Chatte de Schrödinger dans cette même galerie en suivant ce lien https://youtu.be/s7xeFb2cO6Q

(Merci à l’Ami Bertrand, fin pourvoyeur de bonnes notes pour colorer les images).

Et pendant que vous êtes sur Youtube, allez voir PLOUF, film d’animation réalisé par l’amie Florence à destination des tout petits et des autres aussi https://youtu.be/KIUsdaTkwdE  

J’ai rencontré un Lézard, il s’appelle Monique.

Les nuits d’Ava. J’ai lu au printemps dernier ce roman de Thierry Froger, mais avais omis d’en faire mention et rattrape ici l’oubli de cette aventure avec la belle Ava et ses images d’icône.

L’épreuve de l’acide. Je suis sorti épuisé de ce polar déjanté et étouffant d’Elmer Mendoza où les dialogues s’enchaînent sans ponctuation mais retranscrivent bien la déliquescente atmosphère du Mexique des narcos. Flippant !

Laetitia ou la fin des hommes. C’est un fait divers sordide qui avait ému la France entière au début de l’année 2011. Une jeune femme assassinée dans la région de Pornic, un président qui tance les juges et toute la misère d’une enfance maltraitée, violée, anéantie. Ivan Jablonka, historien et écrivain, a étudié ce fait divers « comme un objet d’histoire » pour « enregistrer à la surface de l’eau les cerces éphémères qu’ont laissés les êtres en coulant à pic ». Édifiant écho aux mots que crient les murs des villes contre cette violence enracinée au cœur des hommes.

La panthère des neiges. Difficile de résister à l’appel du Tibet où Sylvain Tesson a accompagné le photographe Vincent Munier en quête du regard de ce félin en voie de s’éteindre. À lire en mettant un peu de frein sur l’emphase («l’érosion est la neurasthénie du paysage ») et en regardant à l’infini l’album de photos de Munier paru l’hiver dernier sous l’égide de Reporters Sans Frontières

Sur le clavier du Net la touche « espace » n’est jamais utilisée dans les noms de domaine.

J’accuse Les Misérables Hors Normes et Ceux qui travaillent de Vivre et Chanter une Chanson Douce sur Proxima. Ce n’est pas un slogan lu sur les banderoles qui ne battent pas en retraite dans les rues bouchonnées du pays. Ce fut juste mon programme cinéma de ce cœur de l’automne.

Dans République il y publique.

Je n’y avais jamais vraiment pensé, mais ce fut en suivant une visite musicale de l’exposition permanente du Musée du Quai Branly que je trouvais la réponse à la question du début de cette chronique que je ne m’étais jamais posée. C’était peu de temps après avoir vu Un monde plus grand, film de Fabienne Berthaud inspiré par l’expérience en Mongolie et le livre de Corine Sombrun, Mon initiation chez les chamanes. En écoutant les sons du tambour frappé par le musicien également musicologue qui animait cette visite, ce fut comme une évidence : le premier son qu’entend tout être humain quel qu’il soit, c’est tout simplement … le cœur de sa mère.

Entendez vous le cœur de la Terre Mère ?

Il fête le passage du Neuf au Vin.

À la votre !

do 91219

AU 9 RUE DES NOUV’AILES #43

« Crois-tu une croix qui ne croît plus ? »

Ce sera le titre du projet que je vais présenter cette année pour Horizons-Sancy pour la treizième année consécutive . C’est devenu un rituel d’automne sans trop d’illusions puisque en général plus de 300 projets sont reçus pour 11 places proposées. Mais c’est nourrissant pour la spirale de créativités qui ne cesse de tourner mais qui ne fera pas La Roue du Cap à Varengeville ni la Roue du Temps qui Tourne ou la Roue qui Regarde à Riorges. Mais bien sûr, je continue à œuvrer pour que La Roue du Temps trouve sa place et après avoir suivi en octobre une formation pour peaufiner « comment répondre à un appel de 1% » j’espère pouvoir suivre en décembre une nouvelle formation sur « Mécénat d’entreprise : mode d’emploi » pour alimenter cette spirale de roues et faire tourner mon monde de créations.

Autre rituel de Novembre pour préparer les cadeaux de fête du passage de l’An Neuf : je réitère ma proposition d’Astrale Aquarelle que vous trouverez dans l’image n°3 ci-jointe. Pour que chaque enfant, grand ou petit, aie dans sa chambre une (re)présentation colorée du système solaire où il a débarqué un jour ou peut-être une nuit.

« La femme la plus seule au monde est celle qui n’a pas d’amie femme »Toni Morrisson citée par Mona Chollet dans son livre Sorcières sous-titré La puissance invaincue des femmes.

Interrogé il y a quelques jours sur le quai du RER à propos de mes habitudes de transports, j’ai pu constater à la fin du sondage qu’encore une fois il n’y avait pas « artiste » dans les cases à cocher des catégories socio-professionnelles. Alors je suis « autre ».

« Les possibilités des nouvelles technologies me semblent annoncer une approche superficielle de la réalité sous le contrôle de manipulateurs malins » a dit Joris Ivens, cité par sa femme Marceline Loridan-Ivens décédée à 90 ans fin 2018, dans son livre L’amour après écrit avec Judith Perrignon. Je me souviens avec émotion de sa série d’interviews sur France Inter dont j’avais parlé dans le numéro 33 des Nouv’ailes, en mars 2012. Émotion renouvelée à cette lecture.

Moi qui fut il y a longtemps prof de physique et de maths et navigue toujours entre science et poésie, me suis régalé à la lecture pas trop absconse de L’univers à portée de main de l’astrophysicien Christophe Galfard, élève de Stephen Hawking. Qui vous met aisément dans la peau d’une particule qui vit un milliardième de milliardième de seconde (ou moins!) qui se confronte au mur de Planck (qui lui, en ce 9 novembre n’est toujours pas tombé) et qui en un tour de phrases et de galaxies vous permet d’assister à la fonte d’un trou noir. Au final il en ressort que l’univers n’est pas né lors du Big Bang il y a 13,8 milliards d’années : c’est juste à ce moment là qu’il est devenu transparent à nos yeux. Autrement dit on ne peut pas voir plus loin que le bout de ces années-lumière. En conclusion la marche quantique sur (la théorie des) cordes est un exercice de funambule un peu vain qui s’auto-alimente ad libitum de ces mystères et des questions qu’il n’en finit pas de ne pas résoudre. Mieux vaut s’en tenir à la poésie réelle des mythes qui donne naissance à l’insondable de notre univers.

Un sot portant un seau fit un saut et les trois sceaux tombèrent.

Il aurait aisément pu avoir le prix d’interprétation à Cannes (si celui-ci n’avait été attribué à Antonio Banderas pour consoler Almodovar) tant sa prestation dans Le Traître de Marco Bellochio est époustouflante. Il s’agit du comédien italien Pierfrancesco Favino qui joue le rôle du repenti Tommaso Buschetta dont les confidences permirent de condamner 336 membres de la mafia et causèrent l’assassinat du juge Falcone le 23 mai 1992. La veille, j’avais déjà goûté au bon cinéma transalpin avec l’adaptation du roman Martin Eden de Jack London réalisée par Pietro Marcello.

Et hier soir je me suis régalé avec délectation de La Belle Époque de Nicolas Bedos. Entre Fanny Ardant, Daniel Auteuil, Pierre Arditi, Doria Tillier… une comédie virtuose sur le vrai, le faux, le réel et sa réalité, la vérité et tous les mensonges qu’il y a dedans.

Si vous aimez le cinéma d’animation, ne ratez pas J’ai perdu mon corps, une histoire de main et d’amour écrite et dessinée par Jérémy Clapin. À voir aussi avec plaisir Chambre 212 de Christophe Honoré et L’angle mort du trop rare duo Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic.

Savez vous quelle est la différence entre le clair, le lumineux et le brillant ? Vous pourrez en avoir une idée en parcourant (pour ma part en diagonale) l’érudit L’ours, histoire d’un roi déchu écrit par l’historien Michel Pastoureau ou comment à partir du XIIème siècle le lion a remplacé l’ours comme « roi des animaux » dans l’imaginaire occidental. Comme j’ai emprunté ce livre à la médiathèque de mon quartier, j’en ai profité pour prendre aussi Les couleurs de notre temps, dictionnaire subjectif des couleurs qui montre que leur perception n’a rien de naturelle et est essentiellement culturelle. Et que in fine, on sait peu de chose sur la perception qu’en ont les animaux.

Un peintre c’est quelqu’un qui regarde pour les autres.

En ces temps où le yin va croissant vers un sommet de solstice, je vous souhaite de marcher à l’intérieur du silence de votre regard.

do 91119

AU 9 RUE DES NOUV’AILES #42

Heureuse fut La Chatte de Schrödinger.

Et moi aussi. Pendant ces douze jours, plus de 300 personnes sont venues caresser de leurs regards les couleurs des murs blancs de la Galerie du Génie de la Bastille. Et les ventes qui ont jalonné cette exposition ont mis une touche joyeuse et bénéfique à cette aventure. Après, ce fut l’achat de quelques planches chez le roi Merlin et un radical rangement de l’atelier plein… comme un œuf, pour faire place à la presse à graver que j’ai pu acheter en mai dernier, juste avant mon départ pour la Corée. Maintenant c’est l’automne et la danse des appels à projets qui recommence. Avec en bonus, une formation d’une journée à Lille pour apprendre à répondre aux appels des 1%, cette obligation légale qui impose de consacrer 1% du coût de construction d’un bâtiment public à une œuvre d’art. Loi pas toujours appliquée et marché difficilement pénétrable : il faut avoir de bonnes références dans son CV pour être présélectionné et et en avoir réalisé pour avoir de bonnes références. Monumental cercle vicieux ! Telle est la loi de la commande publique ! C’est pour avoir une telle référence monumentale que j’ai fait réaliser LA ROUE DU TEMPS qui attend toujours de trouver place pérenne. Je continue ardemment et assidument à œuvrer pour cela en contactant sociétés d’autoroutes, institutions et fondations artistiques… S’il vous vient à l’esprit un lieu qui pourrait l’accueillir, n’hésitez pas à me le faire savoir ! Merci d’avance.

La matière grise de l’humain n’a toujours pas trouvé la matière noire de l’univers.

Savez vous ce que signifie SUV dont on nous rebat les oreilles à longueur d’antenne ou de pub ? Short Utility Vehicle. Pas tout à fait un 4×4, ni un cross over, mais à coup sûr une réelle aberration écologique et une belle manipulation de marketing !

Verrez-vous le lac des cygnes entre le sac des lignes ici écrites ?

On vit une époque formidable qui grâce au TGV, met le sud de la France à 3 heures de la capitale. Mais pour cela il faut partir presque autant de temps avant de son domicile car personne n’est à l’abri d’un colis suspect sur le quai du métro ou d’un tirage abusif d’un signal d’alarme. Il est désormais interdit de rater son train ! Même deux minutes avant le départ ! Avant l’heure…

Le point Nemo, qui doit son nom au capitaine du roman de Jules Verne, est le point de l’océan le plus éloigné de toute terre émergée. Il est situé dans le Pacifique Sud à 48°52′ Sud et 123°23′ Ouest. Les terres les plus proches parmi lesquelles l’Île de Pâques sont à …. 2688km ! (Étrangement, les humains les plus proches de ce point sont… les passagers de la station spatiale internationale qui tourne en orbite entre 330 et 410 km d’altitude). Après avoir trouvé ce point sur une planisphère, faites la tourner de manière à avoir l’océan Pacifique en face des yeux. Vous constaterez que celui-ci occupe la moitié de la surface de la planète. Pacifique, il ne portait pas ce nom quand Monsieur Chirac, fraîchement élu en 1995 décida d’y refaire quelques essais nucléaires. Dont on cache toujours soigneusement les impacts ! Au milieu du déluge encensant post mortem ce président dont la photo officielle le montrait les mains dans le dos, cachant ainsi ce qu’il fit (ou ne fit pas), l’explosion de Rouen résonna d’étrange manière avec « le bruit et l’odeur » dont ses sinistres mots à propos de l’immigration inspirèrent le deuxième album du groupe Zebda paru en 1995.

Les colons dirent « nous allons pacifier ». Les colonisés dirent « nous n’allons pas s’y fier ».

Dans les films du mois, d’abord Le portrait d’une jeune fille en feu de Céline Sciamma, film incandescent de peinture et flammes, de femmes et de regards qui irradient. Et aussi Tu mérites un Amour de t avec Hafsia Herzi, premier film épatant réalisé avec trois francs six sous et une bande de copains par cette actrice révélée par Abdellatif Kechiche dans la Graine et le Mulet en 2007. On peut aussi voir Deux Moi de Cédric Klapisch et Fête de Famille de Cédric Kahn.

Puis échappez-vous aux confins du système solaire avec Ad Astra de James Gray. Avant de plonger dans le cataclysme de l’Afghanistan d’aujourd’hui que n’estompent pas les superbes et douces aquarelles de Eléa Gobbé-Mévellec dans ce film d’animation réalisé par Zabou Breitman.

Dans les terres plus discrètes de ce qu’on nomme trop facilement les petits films, il faut voir le déjanté Perdrix de Erwan Le Duc, le brûlant et taiseux Viendra le Feu du portugais Olivier Laxe. Et aussi The Bra, incroyable et moderne version de Cendrillon tournée en Azerbaïdjan où un soutien-gorge sur un fil à linge arraché par un train qui traverse l’étroite rue d’un village remplace la pantoufle du conte de Perrault. Film éloquent sans paroles, prouesse de tournage réalisée par Veit Helmer.

J’avais adoré le roman de Pierre Lemaître Trois jours et une vie dont la trame entre tempête de Noël 1999 et tests ADN nourrit fort bien le scénario de son adaptation cinématographique réalisée par Nicolas Boukhrief.

Peut-on encore dire aujourd’hui « sage comme une image »? 

J’ai replongé en territoire navajo avec la Fille de la Femme Araignée d’Anne Hillerman qui poursuit les aventures des héros créés par son père Tony Hillerman et retrouvé avec grand plaisir l’univers de Peter May dont les éditions du Rouergue viennent de publier son premier roman écrit en 1989 intitulé La Petite fille qui en savait trop.

Avez vous remarqué combien s’accélère aujourd’hui la menace climatique et ses terrifiants horizons qui se rapprochent aussi vite qu’est lente la prise de conscience de l’urgence. On pourrait nommer cela le Cas Cendre.

Il est dit qu’un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse.

Alors, que l’ocre de l’automne mange le feu des feuilles qui tombent.

do 91019

AU 9 RUE DES NOUV’AILES #41

9919… Neuf … Neuf … Dix Neuf….
Le train du Neuf reprend la voie pour la dix-huitième saison, depuis octobre 2002. Chronique mensuelle sans aucune obligation qui a traversé LE JOURNAL DU NEUF (2002-2008), DES NOUV’AILES DU NEUF (2008-2015), AU 9 RUE DES NOUV’AILES (2015-….) envoyée à 1600 personnes environ. Libre à lire.

L’été fut doux dans la chaleur des Cévennes, convivial chez les amis du Sud Ouest, randonneur dans les alentours du Massifs des Écrins. De belles pauses reposantes après l’aventure coréenne. Dont ressort au delà de la dimension artistique de ce projet, la délicieuse réminiscence de ce vœu formulé intimement il y a 36 ans, à mon retour du Québec : celui de voyager avec mon travail sur le tard de ma vie. Et cette année en 9 m’a gâté avec LA ROUE DU TEMPS en Suisse, LA TOUR DU TEMPS en Lettonie et LIGTHT OF THE RIVER en Corée du Sud, toujours visible sur

Quand je marche en montagne, mes lacets sont des fées.

Mais l’été a été. Et la rentrée, plus libre de temps puisque je n’interviens plus en école pour les TAP (Temps d’Activités Périscolaires) est vite venue accrocher toiles, dessins, photos et sculptures dans les blancs murs de la Galerie du Génie de la Bastille, 126 rue de Charonne, 75011Paris pour une exposition intitulée La Chatte de Schrödinger. « Clair, aérien, joyeux, solaire … » sont quelques-uns des mots tracés, pour mon grand plaisir non dissimulé, sur les pages du livre d’or. L’exposition est ouverte tous les jours jusqu’au dimanche 15 septembre, de 14 à 20h. Je serai présent sur place et heureux de vous accueillir tellement les opportunités de montrer mon travail sont rares. Et si précieuses pour le regard sur lui en dehors de la caverne de l’atelier. Les sept images de ces nouv’ailes sont des diptyques accouplant des détails des œuvres présentées. Cette semaine, venez voir l’ensemble, au plus tard pour le pot de finissage dimanche de 17 à 20h.

  Où est le centre de gravité de votre regard ?

Les navigations coréennes et estivales ne m’ont pas beaucoup conduit dans les salles obscures. Excepté pour le formidable Parasites et le non moins formidable So Long My Son.

  Une nouvelle religion à inventer : le jusqu’auboudhisme !

Mais la lecture, que l’on peut mettre dans sa poche, contrairement au cinéma, a été riche. En ce moment, La Splendeur Escamotée de Frère Cheval (ou le secret des grottes ornées) de Jean Rouaud. Un beau voyage autour des parois ancestrales. Auparavant il y eut le Premier Mot, de Vassilis Alexakis, dont j’avais beaucoup aimé La Clarinette. Et puis, l’étrange L’Œuf, du danois Morten Ramsland et heureuse surprise, la suite des aventures des policiers navajos créées par Tony Hillerman dont la fille Anne a repris la plume. J’ai lu le second paru « Le Rocher Avec Des Ailes », dont l’intrigue m’a paru moins puissante mais le plaisir de retrouver ces personnages l’emporte de loin. Mais pour moi, le top des lectures d’été fut les deux volumes du dernier Haruki Murakami traduit, intitulés sous le titre de Le Meurtre du Commandeur de 1/Une Idée Apparaît, et 2/ La Métaphore Se Déplace.

Quelle est la distance entre un non-dit et un silence ?

On dit toujours que le soleil se lève ou se couche. Alors que c’est l’horizon qui se baisse ou s’élève. Mettez vos mains en coquille sur vos oreilles… Écoutez… On entend le chant d’horizon de la mer !

do 9919

Au 9 rue des (9) NOUV’AILES (coréennes) #40

/

Avant de parcourir la rue des neuf images coréennes de ces dernières Nouv’ailes de la saison 2018-19,notez les dates de ma prochaine exposition personnelle du 3 au 15 septembre 2019 à la Galerie du Génie de la Bastille, 126 rue de Charonne à Paris. Vernissage le samedi 7 septembre.

Image Une : C’est la vue d’ensemble de la sculpture que j’ai réalisée lors de ma résidence dans le parc de sculptures de YATOO, près de Gongju, ville à une centaine de kilomètres au sud de Séoul. Je n’ai pas été sélectionné sur le projet que j’avais envoyé en réponse à l’appel mais au vu de la vidéo de L’Aronde des Regards, sculpture en forme de roue réalisée avec bois et plumes dans le cadre du Sentier des Arts sur les bords de la Gironde en septembre dernier. Il me faut alors en début de cette résidence imaginer et dessiner un projet en relation avec une légende locale qui a fait de l’ours le symbole et la mascotte de la ville. « Une ourse aurait enlevé un bûcheron, l’aurait séquestré dans une grotte et fait avec lui deux enfants. Un jour que l’ourse avait relâché sa vigilance, le bûcheron s’enfuit de la grotte et traverse la rivière Geumgang. L’ourse le supplie de revenir mais se noie avec les deux bébés. »

Alors la roue sera un cercle de pas humains tournant entre les griffes de l’ourse. Les empreintes humaines seront celles des sept artistes en résidence, petit fragment d’humanité dans cet îlot de forêt. Les couleurs seront celles de l’arc-en-ciel,

ce moment céleste où la pluie et le soleil -l’eau et le feu- sont présents simultanément dans le pays des nues. La base de la sculpture sera ondulante comme la traversée d’une rivière. Les spirales de la roue feront écho à celle du drapeau sud- coréen. Une fois les effets du décalage horaire de sept heures atténués, je dessine et conçois la structure de bois et de métal qui va architecturer l’ensemble. Je dresse le plan de travail et la liste des matériaux nécessaires. Le temps est ouvert, l’urgence qui est le lot commun des courtes résidences de création n’est pas de mise ici. C’est bon. Et la sculpture trouve le temps de trouver son nom : ce sera Light of the River. Lumière de Rivière.

POUR LA FAIRE TOURNER SUIVEZ CE LIEN : https://youtu.be/QsRy7rCBhCI
Image Deux : C’est le recto du leafet (traduisez fyer en mauvais français) publié pour l’inauguration qui a clos la résidence le samedi 29 juin qui vit aussi le début de la saison des pluies en cette contrée du 37ème parallèle.
Image Trois : L’entrée et une vue de la forêt des collines où s’étend depuis 1981 le parc de sculptures « in nature ». Image Quatre : Sous l’arbre de l’entrée, un bar surplombe la forêt et les trois ponts qui mènent aux toilettes, à la salle de bains et aux cabanes rustiques où dorment les artistes et où je « coloc » avec le sympathique et roumain Peter. Là est aussi la cuisine où nous préparons le diner du soir. Le midi c’est restaurant(s) à Gongju ou traiteur sur place.
Image Cinq : De la roue à la rivière, les différentes étapes de la gestation de Light of the River. Prises de pieds, découpages, assemblages. Deux jours où mon dos comprend pourquoi je n’ai jamais été ni fossoyeur, ni terrassier. Mais une journée à faire porteur d’eau à travers les collines pendant que The Boss, Monsieur Ko, aidé d’un des artistes mongols champion de soudure arme la dalle de béton qui a englouti près de 600 kilos de sable et ciment mélangés. Heureusement que le petit « truck » du parc permet d’accéder à une centaine de mètres de ma place, le charroi de la roues et des pièces du socle en bois en est facilité. La question du roulement à billes tourne en boucle. « We support

you » avait dit Mr Ko. Il y a quelques grains d’humeur qui nécessitent de l’huile de zen. Mais la roue est enfn posée le samedi 22 juin, c’est l’été et il n’y a plus qu’à peindre roue et passerelle sans que je puisse vraiment mettre mon grain de sel dans le choix des couleurs. Le violet ne sera que mauve un peu sale et l’indigo ne fonce pas assez vite. Mais bon, les oiseaux chantent, la lumière est splendide dans le feuillage de la rivière, y’a même une biche qui coure près de la rive et qui fait s’envoler une grue blanche qui pêchait par là.

Image Six : Tour des horizons artistiques de cette résidence.
Image Sept : Tour des horizons culinaires de cette résidence (fragments).
Image Huit : Dans un coin du supermarché, on peut acheter toutes sortes de pains. C’est Paris Baguette. Une autre chaîne de boulangerie s’appelle « Tous les jours ». Impressionnant est le nombre de tee shirts portant des noms français sur leur poitrine dans les rues coréennes. Lors de mon bref passage à Séoul sur le chemin du retour, j’ai vu que des voitures s’appelaient Grandeur ! En sortant du spa pour remettre mon dos de ces gymnastiques artistiques, je croise Mr Sigmund dans le dos d’un ado… tandis que Mister « G20 » Trump se retrouve grimé en Adolf sur la plus grande avenue de Séoul…
Image Neuf : Napoléon au Pont d’Arcole fait aussi des livraisons en Corée du Sud !!! Un artiste coréen fait étuver du bois et nous apprend à l’écorcer, étape majeure de la fabrication de Hanji, papier traditionnel coréen… Dans une des allées du marché de Gongju, la porte entrouverte d’une minuscule échoppe laisse entrevoir des cadavres de chiens destinés à la consommation (secrète?) et dispendieuse de nos amis canins pour des canines locales… La petite faonne était toute tremblante sur le bord de la route, encore porteuse d’un morceau de son cordon qui ne la reliait plus à sa mère morte en mettant bas ? tuée par un autre animal ? ou par un chasseur ? Le passage par l’hôpital vétérinaire n’y a

rien fait et cette petite Bambi repose désormais au pied de la statue géante de l’ours, en face de l’entrée du parc… La jolie coréenne en costume dans les allées d’un palais de Séoul ne regarde pas la rousseur de la Lune, mais son refet de clone dans le miroir de son smartphone…
52 heures par semaine. C’est le temps de travail hebdomadaire légal en Corée du Sud. Là est sans doute la clé de ce pays courageux et travailleur qui fut longtemps occupé par le Japon… Comme la Lettonie coincée entre Allemagne et Russie où je suis allé en mai, la Corée, de plus divisée entre Nord et Sud, a fait de cet entre-deux oppressant, un levier pour affrmer à la fois sa puissance économique, mais surtout la richesse d’une langue (dont l’alphabet national hangeul fut inventé par le roi Sejong en 1446) et d’une culture dont je suis heureux et fer d’y avoir apporter quelques spirales de couleurs qui font tourner le monde. Et j’espère, les humeurs de votre été.
Kamsamida !!! (Merci !!!)

do 4719


AU 9 RUE DES NOUV’AILES #39

À NOTER : pour cause de résidence artistique sud-coréenne durant tout le moins de juin (youpi!), les dernières Nouv’ailes de cette saison 2018-19 paraîtront début juillet.

La Roue du Temps a quitté le Giratoire de Cologny et retrouvé son lieu de fabrication et son attente d’une place pérenne. Passé l’admiration enfantine pour le camion-grue qui peut porter une tonne au bout de son bras télescopique de 33m, restait dans mes yeux émus sous la bise genevoise le p’tit coup de blues qui soufflait sur le vide du rond-point. Alors j’ai acheté un billet de bus journalier valable aussi pour les Mouettes du Léman, ces petites navettes qui relient les deux rives du lac et suis allé me réchauffer aux alentours des Bains des Pâquis, où les nageurs réchauffés faisaient des cygnes aux reflets des bateaux et aux ombres des drapeaux, tandis que Casanova bronzait sous les plongeoirs de la Poésie. Ce que vous conteront les photos qui accompagnent ces Nouv’ailes.

« Savez vous quel est le polygone qui a le plus de côtés ? » Réponse en fin de chronique.

Où se cache l’équilibre de la parité du monde ? Pas dans les températures puisque l’on ne pourra jamais descendre en dessous du 0° Kelvin ( qui est à -273,15° Celsius) alors qu’il n’y a pas de limite supérieure. Idem en ce qui concerne les vitesses puisque l’on ne peut jamais dépasser la vitesse de la lumière qui est de 299 792 458 km/s. (Je viens de lire Vitesse, un petit livre édifiant de Paul Virilio, qui vient de disparaître, penseur singulier de notre époque qui a beaucoup écrit sur l’accélération, l’accident et la catastrophe et qui dans cet ouvrage confronte ces notions au monde du sport).

Nous sommes des enfants de la planète Terre, ou plutôt comme il a souvent été dit et trop rarement entendu, nous empruntons cette planète à nos enfants. Est-ce alors un hasard si l’on découvre aujourd’hui à l’heure ou le viol de la planète est de plus en plus avéré que le viol des enfants fait aussi partie de ce sinistre programme ? J’écoute à l’instant une interview de Yolande Zauberman qui a fait avec Selim Nassib, un livre -L’Histoire de M- sur la pédophilie dans la communauté juive ultra orthodoxe au nord de Tel Aviv. Ils ont suivi le retour de Menahem dans cette communauté où il a grandi et où, plus jeune il a été violé. Le monde est une drôle d’engeance qui fonctionne à la vengeance. Ah si Caïn avait eu une sœur !

« Sachons dormir, nous saurons veiller » a dit le philosophe Alain.

Le chantier de la rénovation des Halles touche à sa fin mais il n’y a toujours pas de kiosques à journaux dans le grand hall des RER. La liberté de la presse ne s’use que s’il reste … des journaux à lire … et des endroits pour les vendre ! Il m’arrive d’acheter en soutien à Reporters Sans Frontières les albums de photos qu’ils publient et en rangeant le numéro de 2007 consacré au 60 ans du Festival de Cannes je relis avec stupeur l’édito de Robert Ménard, alors secrétaire général qui disait « nous avons mis l’accent sur l’absence de courage, voire la lâcheté de nos démocraties, elles se contentent trop souvent du service minimum sur le terrain de la défense des droits de l’homme, non sans nous gratifier de belles promesses et de belles déclarations »… Est-ce que l’actuel maire de Béziers a le courage de relire sa copie… Je n’aimerai pas être le miroir matinal de sa salle de bains !

« J’ai décidé de vivre éternellement, et jusqu’à présent tout se passe bien » a ri Alphonse Allais qui ne se prénommait pas Harry.

« On n’va pas attendre 107 ans !» Cette expression trouverait son origine au Moyen Âge dans la longue durée du chantier de la construction de la cathédrale Notre Dame de Paris qui dépassait de loin la durée d’une vie humaine. Alors que pensez du fait que l’incendie qui en ravagé la toiture le 15 avril dernier ait eu lieu exactement… 107 ans après le naufrage du Titanic dans la nuit du 14 au 15 avril 1912 ?

Y’a des sous pour faire renaître une charpente de ses cendres, Arno et Pino vont financer le nouveau chapiteau, mais quand c’est la planète qui brûle….

Pas vu beaucoup de film ce mois-ci, mais bien aimé Blanche comme Neige, variation sur le motif du célèbre conte par Anne Fontaine, avec la jolie Lou de Lâage.

Si l’on me demandait quelle est une des plus belles émotions de lecture de ces dernières années, je citerais à coup sûr La Route de Cormac McCarthy. Et vous ?

J’ai eu une émotion du même ordre en lisant L’Année du Lion de l’auteur sud-africain Deon Meyer qui a délaissé l’univers du polar pour s’aventurer dans une anticipation post-apocalyptique : 95% de la population terrestre a été décimé par une fièvre fortement létale et un père et son fils, comme dans La Route, tente de reconstruire la vie et une communauté, tente de renouer avec l’humanité. Prenant ! Quant à savoir pourquoi je prends plaisir à lire de tels romans catastrophiques, c’est sans doute pour faire catharsis aux nuages qui s’amoncellent entre le fond des montagnes et le sommet des océans.

Je ne suis pas très féru de lectures shakespeariennes, mais me suis régalé à lire Mac Beth, variation contemporaine de cette tragédie écossaise écrite par le norvégien Jo Nesbø. Il faut croire que ce printemps est propice aux auteurs qui ont élargi le cercle de leur écriture au delà des rivages policiers…

Si vous passez par le Grand Palais de Paris avant le 22 juillet (on aura célébré la veille le premier pas de l’humain sur l’astre de nos nuits) allez marcher sur la Lune et rendre un bel hommage à la déesse Séléné.

Le polygone qui a le plus de côtés, c’est Carlos ! Carlos Gohn. Parce qu’il a des millions de côté !

Un lecteur de ces Nouv’ailes m’a récemment écrit pour me signaler son changement de mail et m’a nommé « ami de Lao Zi ». J’ai bien aimé ça.

do 9519

AU 9 RUE DES NOUV’AILES #38

Enlèvement.

Celui de la Roue du Temps est prévu pour vendredi qui vient. La neige l’a enveloppée la semaine passée et les deux camions nécessaires à son enlèvement et son transport vont œuvrer ce 12 avril pour la rapporter provisoirement sur son lieu de construction, près de Thonon les Bains. Avant de poursuivre sa quête d’un endroit pérenne. L’aventure est belle, l’aventure continue et vous pouvez toujours la soutenir en souscrivant à gravure ou tee-shirt sur la page d’accueil de www.dodelaunay.com .

Pas de projets en Champagne, à Landivisiau ou sur les bords de la Gironde, mais une belle invitation est venue depuis la lointaine Corée du Sud : postulant à un projet de résidence organisé par l’association Yatoo pour laquelle j’avais envoyé une sculpture de cube (voir Nouv’ailes n°37) j’avais conçu un projet en bambous en forme de Roue du Temps horizontale que l’on pouvait traverser, mais c’est finalement au vu de mon dossier de L’ARONDE DES REGARDS, réalisée en septembre dernier sur les bords de la Gironde (dont vous pouvez revoir la vidéo sur https://www.youtube.com/watch?v=p8LYBEbn3_8 ) que l’on m’invite à la ré-interpréter au long de la rivière Kum-Gang qui traverse la ville de Gongju où se déroulera cette résidence.

Depuis octobre dernier, j’ai changé de cours de gravure, celui qui se tenait à la médiathèque de mon quartier a été supprimé et a regagné les locaux de l’école d’arts plastiques de Saint- Denis. Nouveau professeur, nouvelle techniques qui là préfèrent le cuivre au zinc. Finie l’acide chlorhydrique, bonjour le perchlorure de fer !

Dans le cimetière de Levallois-Peret, la tombe de Gustave Eiffel n’est pas alignée avec les autres car il regarde la Tour Eiffel, dit Jean-Sébastien Petitdemange dans son guide des cimetières de France J’irai flâner sur vos tombes.

Lui s’appelle Éric et je n’irai pas flâner sur sa tombe, mais devant son urne dans le petit village de Colognac, au cœur des Cévennes, puisqu’un sombre crabe l’a emporté la veille du 1er avril et ce n’est pas drôle. C’était un compagnon de vie et de randonnées intense, curieux, généreux et authentique, gourmand et joyeux qui a œuvré pendant 26 ans à l’ESAT de La Pradelle, en Cévennes avec enfants et adultes autistes. Tu me manques déjà, ami compagnon… Bon vent dans ton éternelle randonnée…

Bien aimé la promo du récent livre de Brigitte Fontaine, Paroles d’Évangiles où il est dit: « Les papes font des bulles, Brigitte Fontaine aussi ».

De plus en plus, l’urgence climatique se fait sentir et met la pression sur les changements à opérer. Ainsi le mercredi 27 mars fut déclaré journée sans plastique sur les ondes de France Inter. Où l’on apprit quelques banales évidences comme redécouvrir le plaisir et la sensualité du savon en lieu et place de cette kyrielle de flacons plastiques et autres gels douches ou shampooing dont on se demande bien pourquoi ils ont bien souvent l’aspect et la couleur du sperme… L’on apprit aussi que l’on pouvait recouvrir les récipients dans le frigo avec une assiette plutôt qu’avec du film plastique ! Parfois je suis sidéré de voir la science dépenser des fortunes pour redécouvrir des formules de bon sens… mais séduit aussi quand deux chercheurs David Elbaz et Alain Destexhe explorent les analogies entre l’organisation du cerveau humain et celle de l’univers… Cent milliards de neurones pour cent milliards de galaxies… Faites vos jeux en pensant aux cent milliards d’humains qui sont passés sur Terre jusqu’à ce jour..

En 1874, à Washington, le président américain Grant accepte dans le plus grand secret la proposition incroyable du chef indien Little Wolf: troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple indien. Jim Fergus a fait des carnets d’une de ces femmes, May Dood qui assiste à la lente agonie de son peuple d’adoption décimé par la ruée vers l’or et l’alcool, un roman édifiant intitulé « Mille femmes blanches ». C’est à lire !

Pas beaucoup de film en ce début de printemps dix-neuf : j’ai bien ri à Rebelles d’Allan Mauduit et été bien charmé par Celle que vous croyez de Safy Nebbou.

Europe, fille du roi de Tyr, ville de Phénicie fut enlevée par Zeus métamorphosé en taureau blanc, dit la légende.

Puisse notre Europe ne pas être enlevée par le veau d’or des nationalismes.

Je vous souhaite un verre de transparence pour tendre vers le vert des feuilles qui bourgeonnent.

Do 9419

AU 9 RUE DES NOUV’AILES #37

Embellir.

EMBELLIR PARIS, c’est le nom d’un appel à projets lancé par la mairie de Paris autour d’une vingtaine de sites choisis dans la ville pour y implanter, pour une durée de un à cinq ans, un projet destiné à « embellir » la ville. C’est dire si cet appel tombait à pic pour y envisager l’installation à venir de ma sculpture LA ROUE DU TEMPS qui est toujours sur le rond-point de Cologny, près de Genève, et ce jusqu’au 12 avril prochain. Quand j’ai reçu cet appel et visité en écrans les sites proposés, celui de la place de l’Europe, juste au-dessus de la Gare Saint Lazare, désormais appelé Place de l’Europe-Simone Veil, était celui correspondant le mieux à l’espace nécessaire au rayonnement de la Roue et à son implantation. J’ai donc beaucoup travaillé ce dossier dont vous pouvez voir quelques traces imagées dans la photo n°1 de ces Nouv’ailes.

Comment ne pas rêver d’un tel rayonnement pour cette roue des saisons en forme de calendrier du temps ?

J’attendais évidemment avec espoir les résultats de cette consultation qui devait être publiés fin mars. Las ! la sentence est tombée prématurément par un mail laconique m’annonçant que mon projet n’avait pas passé l’examen de la commission technique : le site est au milieu du viaduc qui surplombe les voies ferrées et ce faisant, ne pourrait supporter le poids de la Roue (1500kg) et la dalle en béton nécessaire à l’implantation.

La frustration fut à la mesure de la culpabilité qui vint de ne pas avoir été assez vigilant sur les contraintes du lieu qui imposaient un maximum de 500kg/m2. Pour ne pas trop empiéter sur la végétalisation du terre plein central, j’avais préconisé une dalle en béton carrée de 1m de côté. Mon projet aurait-il passé cet obstacle si j’avais opté pour une dalle plus grande ? Je ne le saurais jamais…

Une demie heure après la réception de ce courriel, un autre me donnait nouvelles de ma douzième candidature à Horizons-Sancy, un symposium de land-art dans ce massif d’Auvergne : « Malgré tout l’intérêt de votre candidature, nous sommes au regret de vous informer que nous n’avons pas pu retenir votre proposition. »

Il y a des moments où la synchronicité forge le caractère et oblige à distance et à relativité.

Je n’ai pas habitude de montrer dans les pages les projets que je ne réalise pas… mais prenez ces quelques confidences partagées comme un baume sur ma déception de n’avoir pas pu concourir et ma légitime envie de voir cette Roue convoler en juste lieu… Fragments des dessous de la vie d’artiste, comme dit la chanson. Nourrir des projets qui sont le carburant de la création et rester ouvert quoiqu’il advienne…

C’est ce qu’il me vint à l’esprit quand quelques jours plus tard, je reçus invitation cette fois positive pour aller participer à un festival de sculpture sur tourbe… En Lettonie, pas loin de Riga dans la ville de Jegalva. Ce sera du 15 au 19 mai prochain et je me réjouis de cette aventure balte.

« Prendre un selfie c’est tourner le dos au monde » a dit Rachida Brakni, marraine du Printemps des Poètes qui s’ouvre aujourd’hui.

Entendu lors d’une émission radio sur le complotisme : « comment voulez vous que ce phénomène ne se développe pas quand on sait qu’il existe un « complotiste d’Etat«  qui nie toujours le massacre de plus d’une centaine d’algériens le 17 octobre 1961 ? »

À propos de l’Algérie qui semble aujourd’hui se réveiller contre un « cinquième mandat », lisez L’Art de Perdre, beau livre d’Alice Zeniter couronné du Goncourt des Lycéens.

Et replongez dans l’univers de Laurent Gaudé avec Salina, pièce de théâtre en forme de conte qui emporte l’imaginaire.

Lu aussi une belle bande dessinée silencieuse intitulée Là où vont nos pères de Shaun Tan. Belle mise en images des exils et autres migrations qui a obtenu le Fauve d’Or à Angoulême en 2008. Puissant.

Côté ciné, difficile vu l’actualité de ne pas aller voir Grâce à Dieu, de François Ozon. Édifiant !

Le port de la ville où habite le Pape s’appelle … Ostie !

Mais ne ratez pas aussi Les Eternels, dernier film de Xia Zhang-Ke. Superbe !

Dans les précédentes nouv’ailes, je vous ai parlé de l’hommage rendu par Izia et Arthur H à leur père Jacques Higelin. Pour prolonger ce moment magique, écoutez l’émission Boomerang qu’ils ont fait quelques jours après cet hommage :

https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-11-fevrier-2019

Et que vive l’embellie du printemps !

Do 9319

AU 9 RUE DES NOUVAILES #36

Suspendu.

Je suis encore suspendu aux si belles émotions que La Roue du Temps m’a fait vivre cet après-midi là du 11 janvier aux bords du giratoire de Cologny. La fluidité de l’installation, la puissance de l’impact visuel du monument in situ, la lune qui vient jouer avec son croissant dans les dents de cet engrenage intime et extime, les voitures qui tournent comme un manège magique et les flocons de photos envoyées par les amies… Avec aussi au cœur cette drôle d’inquiétude… Comment vendre cette bouteille d’acier jeté dans l’océan du marché de l’art… ?

Alors à propos de marché, un peu de transparence, même si dans notre cher pays, parler d’argent n’est toujours pas de mise ! À ce jour la souscription des gravures et des tee-shirts a égalé la subvention de 4500CHF (env 4000€) de la Mairie de Cologny, le tout représentant à peine une petite moitié du coût total de cette réalisation. Alors pour faire taire ce soupçon d’inquiétude, j’ai répondu à l’appel à projet de la ville de Paris qui s’appelle « Embellir Paris ». Une vingtaine de sites parisiens ont été proposé pour une intervention artistique d’une durée de 1à 5 ans. Alors j’ai proposé que cette Roue du Temps vienne rouler pendant quelques années sur le pavé parisien… À suivre, peut être … Et rappel, vous pouvez toujours soutenir ce projet, la souscription est toujours ouverte www.dodelaunay.com/accueil Merci !

En attendant, un grand merci à la société CMC (Constructions Mécaniques du Chablais) qui m’a si bien accompagné dans cette aventure. Et j’espère dans celles à venir…

Et voilà, je suis désormais un fleuve de 65 berges heureux dans le cours de son lit.

Aux enfants des écoles, j’aimais bien dire en ce début d’année « ah ! c’est le début de l’été » devant leurs oreilles étonnées et leurs yeux écarquillés des frimas hivernaux. Comme le montre La Roue du Temps, c’est maintenant le temps où les jours allongent leurs heures d’hiver pour aller à la rencontre de l’été qui vient. Et comme chaque année, c’est le temps de répondre aux appels des projets…

Alors que naissent peut-être Tourne-Boucle, L’Envers des Miroirs, Fleurs de Plumes, Écho-logis, Tisser le Ciel, Y, Arche en Ciel ou les Joies d’en Bulles…

« J’envie l’art » aurait dit Jean Vilar.

Ces déplacements helvétiques et ces projets sont un tantinet chronophages et lectures et cinés s’en ressentent… Mais en ces temps américano-donaldo-paranoïaques (tiens, il faudrait relire Les Américanoïaques du grand Rezvani), j’ai beaucoup aimé Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain, roman d’une mort annoncée et de l’envers du décor américain du début des années 1960. Et là je viens de replonger dans l’univers de Jo Nesbø avec une nouvelle enquête de Harry Hole… Toujours aussi captivant et même capturant….

Le temps est venu de choisir entre la satiété de consommation ou la société de consumation…

J’écris ces lignes en écoutant les Victoires de la musique à la radio. À cet instant, Izïa et Arthur H viennent de rendre hommage à leur père Jacques Higelin. Champagne !

do 9219

Au 9 rue des Nouv’ailes #35

Un an et deux jours.
Il y a eu un an hier, maman s'en allait dans l'au-delà du temps, dans deux jours LA ROUE DU TEMPS va s'installer sur le Giratoire de Cologny, dont je vous parle et vous rebats les oreilles depuis quelques nouv'ailes.
Ces deux événements sont corrélés puisque son départ a libéré quelques énergies sonnantes et trébuchantes qui m'ont permis de mener ce projet à terme. Je pars demain pour Genève et vendredi 11 janvier 2019 vers 14 heures, la Roue aura été dédouanée, transportée, levée et posée sur le rond point de la route de Vandœuvres, sans même interrompre la circulation des bus de cette banlieue de Genève sur la rive sud du Léman. Puisqu'il est dans l'air du temps trouble d'occuper les ronds points, je suis heureux et sereinement excité de le faire artistiquement avec ma première sculpture monumentale.
À bientôt pour les photos !!!
Et merci à tous celles et ceux qui ont souscrit à ce projet en gravure ou en tee-shirt ! La souscription reste ouverte... https://dodelaunay.com/accueil/
Décembre fut période de rangement (inachevé) de l'atelier trop plein, mais le temps des réponses aux appels à projets est revenu avec sa part de rêves, de créativité et d'imaginaire.
Et revient aussi l'envie de re-démarcher les galeries avec le nouveau book que je viens de me faire éditer.... Mais cela reste une épreuve redoutable que de franchir en demandeur le seuil de ces officines...
Peu de cinéma pendant cette période d'entre ans, mais néanmoins une pépite : Asako I &II de Ryusuke Hamaguchi dont j'avais déjà bien aimé Senses au printemps dernier. Belle histoire formidablement jouée à la beauté formelle magnifique. Des cadres captés comme des tableaux.... À voir aussi Bohemian Rhapsody de Brian Singer, biopic bien ficelé sur la vie de Freddy Mercury du groupe Queen avec l'impressionnant et perfor(m)ant Rami Malek.
Il y a vingt ans j'avais été profondément séduit par Le Dieu des Petits Riens, puissant roman de l'indienne Arundhati Roy. Alors quand j'ai su qu'elle venait de publier un second livre, j'ai couru l'emprunter à Ulysse, ainsi se nomme la médiathèque de mon quartier. Le roman s'appelle Le Ministère du Bonheur Suprême et je serai curieux d'avoir votre avis si vous le lisez. Roman foisonnant, déroutant, qui m'a perdu, m'a retrouvé et m'a emporté dans le torrent sauvage de sa langue jusqu'au terme apaisé de sa lecture.

L'hiver est là mais la Roue du Temps nous dit que l'été a commencé à germer dans le minuscule allongement de la durée du jour. Restons attentifs. Alors comme l'a si bien dit Spinoza : bien faire et rester en joie.
Mon amoureuse m'a offert pour la joie du solstice une belle écharpe safran en soie et mohair d'angora.
do 9119