Des Nouv’ailes du Neuf n°42

15 avril 2013 § 0 commentaire

DES NOUV’AILES DU NEUF n°42
Histoires d’ILS et d’ELLES au pays des YEUX

« La vie aime la conscience que l’on a d’elle » (René Char).

Je ne sais pas quelle conscience avait Margaret Thatcher de la vie qu’elle a perdue aujourd’hui, mais j’enrage d’entendre la radio déverser les témoignages et condoléances sur celle dont la phrase la plus célèbre était « I want my money back ». Je sais bien qu’il ne faut pas dire du mal des morts (« à part peut-être Madame Thatcher », comme chanta Renaud) mais c’est quand même bien à cause d’elle – grande amie de Pinochet– et de son compère Reagan que le monde se réduit de plus en plus au monde de la finance. Un monde où la réalité dépasse l’affliction !

« La question est l’autre visage de la réponse. La réponse est l’autre masque de la question »

Pas de PONT DE PLUMES au Sancy, ni de REGARC-EN-CIEL à Reims. Pas d’ARCHES DE PLUMES non plus à Saint Lo, ni de FENÊTRE ARC-EN-CIEL à Carquefou. D’autres projets continuent leur lente germination, c’est mon carburant, ma came, ma vitamine…

« Pire que le labyrinthe, la ligne droite. Avec le labyrinthe, on ne sait pas. Avec la ligne droite, on ne sait plus »

« Vous connaissez l’origine du mot Golf ? On dit que ces lettres étaient affichées à l’entrée des club-houses et signifiaient en initiales : Gentlemen Only Ladies Forbidden. (Messieurs seulement, Dames Interdites). Je ne sais pas si c’est vrai mais cela reflète bien l’état d’esprit qui régnait… » C’est à la page 28 du livre de Macha Méril, Les Mots des Hommes. Un roman que l’on peut imaginer à tendance autobiographique où une femme recontacte tous les hommes qu’elle a aimés. S’en suit une savoureuse chronique où se mêlent Éros, Agapé et Philia, ces trois faces du sentiment humain que l’on pourrait trop rapidement traduire par désir, amour et amitié. Ou encore par érotisme, affection profonde et altruisme. Ou aussi élan passionné, amour du prochain et respect. Et vous, quelles sont vos définitions de ces trois faces amoureuses ? Et Macha Méril de conclure ainsi son livre : »Aimer encore et encore. Perpétuer l’amour qui est la vraie signature d’une vie. Répéter les mots, les parcelles d’un chant qui ne finit jamais ».

« On ne fait rien que seul. Mais pas tout seul »

Replonger – c’est le mot – dans le fleuve de l’écriture de Michèle Desbordes avec son dernier livre « Les Petites Terres ». Se laisser flotter dans les courants et tourbillons de sa prose poétique. Une lecture exigeante dont les mots sculptent au plus juste les émotions liquides de la belle auteure disparue dans l’envers du miroir de la Loire en janvier 2006.

« Le discours d’un nuage est un autre nuage »

Lu aussi un joli petit roman d’Hubert Haddad, intitulé « Le Peintre d’éventail ». Pour se remettre d’avoir renversé une jeune fille avec sa voiture, un peintre et designer se réfugie dans une pension de famille et découvre l’existence d’un vieux peintre d’éventail dont il devient l’élève. Le livre rejoint la réalité puisqu’il se passe dans la région de Fukushima et s’achève au printemps 2011 à l’intérieur du tsunami nucléaire. Sublimement tragique !

« Les serrures sont bien plus nombreuses que les clés. Les clés sont bien plus dispersées que les serrures »

Puisque le printemps s’est mis sur la position « frigo », je me suis beaucoup réchauffé ces dernières semaines dans les salles obscures pour voir et goûter quelques toiles. Dont au premier rang « L’Artiste et son modèle » qui a fait remonter en ma mémoire quelques échos méditerranéens que vous pouvez voir dans les images nouv’ailes jointes.
Dans le chapelet des toiles appréciées, Queen of Montreuil, No, Sous le figuier, La Religieuse, Camille Claudel 1915, Perfect Mothers et Quartet…. Un éventail de regard et d’histoires auquel j’ajouterai, moi qui écoute beaucoup la radio, le documentaire La Maison de la Radio de Nicolas Philibert. Pour voir ce qu’il y a derrière l’éventail.

Les aphorismes en italique qui parfument ces Nouv’ailes sont tirés d’un exposition de manuscrits et livres d’artistes consacrée au poète Salah Stétié.

« L’impensé fait partie du pensé comme le noyau du fruit. »

« Si vous m’avez compris c’est que je n’ai pas été clair » (Einstein).

do 9413
NOUV'AILES_42-1

NOUV'AILES_42-2

NOUV'AILES_42-3

NOUV'AILES_42-49 avril 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Où suis-je?

Vous êtes en train de lire Des Nouv’ailes du Neuf n°42 chez Do Delaunay.

meta