AU 9 RUE DES NOUV’AILES #19

9 mai 2017 § 0 commentaire

Francement !

J’aime ce pays que je déteste. Capable d’élire un jeune type jamais élu mis en marche il y a à peine un an et dès le lendemain de son élection manifester contre lui pour dénoncer ce qu’il n’a pas encore commencé. Capable de dire un dimanche, franchement non à un vieux parti xénophobe et polémiquant dès le lundi matin sur les soubassements des pourcentages du vote. Capable d’envoyer un fier message au monde qui le regarde et flippant déjà sur la prochaine élection de 2022. Pays râleur qui a inventé le champagne et l’autoflagellation, je t’abhorre d’amour !

Je me souviens avoir écrit au présent de cette chronique il y a cinq ans la joie d’avoir mis une baffe au p’tit Nicolas. Sans trop d’illusions sur l’à-venir, mais avec quand même l’espoir d’une dynamique vers une transition écologique. L’espoir s’est amenuisé, l’écologie n’est toujours pas assez en transition et la culture toujours passée sous silence. Cinq ans plus tard, j’ai juste envie de saluer la jeunesse et l’audace, l’envie qu’on en finisse avec les clivages stériles, que l’on trouve vraiment des solutions pour rebooster, si c’est encore possible, notre occident fatigué et qu’on se laisse le temps et la confiance de l’expérimentation et de la mise en œuvre. Parce que jamais l’augmentation du niveau des océans n’a été aussi rapide que pendant les dernières décennies !

Et n’oubliez pas qu’avant ces élections, 78% des français étaient déjà mécontents du futur président ! (Sondage Yflop).

Le contraire de la vérité n’est pas le mensonge, c’est le silence (Élie Wiesel).

Comme je fus content de partir une dizaine de jours avant ce premier round électoral… Décrocher de cet inlassable essoreuse en forme d’incessants bavardages pour le silence du dessin, le partage de l’amitié et quelques bulles de fête … Pour hélas, revenir ici le soir de l’attentat des Champs Élysées …

Au retour du pays des muezzin trop présents à l’heure de l’apéro, je vis « Le jour où l’espoir nous a prises par surprise », très beau spectacle dit par Jihad Darwiche, récitant et écrivain libanais accompagné au piano par Henry Torgue, fait de témoignages de femmes de la Place Tahrir recueillies après la révolution égyptienne de 2011. Édifiant !

Quand l’ours sonne, que fait l’oursonne ?

Dans l’actualité artistique de mon printemps, une série de petits formats et quelques sculptures sont en voie d’achèvement dans les dédales de l’atelier. Et je vais participer du 17 au 28 mai, dans le cadre européen de Manifestampe et de la journée internationale de l’Estampe qui se tient tous les ans le 26 mai, à une exposition collective de gravures à la Galerie du Génie de la Bastille à Paris. Il y aura pendant cette expo des démonstrations et ateliers de présentation de techniques de gravures. Entre autres, j’y exposerai Respir que vous pouvez voir en pièce jointe de ces Nouv’ailes. Je vous enverrai l’invitation dans quelques jours. Je vous remercie par avance de la faire circuler et d’ainsi optimiser les possibilités de vente de ces œuvres à petit budget en ce printemps de ruminants non obèses.

Si votre budget est plus conséquent, vous pouvez vous rendre sur le site ARTSPER où j’ai mis quelques tableaux en vente : http://www.artsper.com/fr?q=DO%20DELAUNAY&hPP=60&idx=artworks&p=0&is_v=1 Si votre budget ne l’est pas du tout -conséquent- allez quand même y jeter un click et ainsi augmenter ma visibilité et mon référencement sur ce site. La visite est gratuite ! J’ai grand besoin de votre regard pour le cœur et de votre soutien pour le ventre.

Comme mon amie Claude (que j’embrasse) je suis épicène. La chanteuse Camille aussi. C’est-à-dire que j’ai un prénom – Dominique – qui a la même orthographe au masculin et au féminin.

Mitori Geiko signifie littéralement en japonais « voler la technique avec les yeux ». C’est une méthode d’apprentissage par l’attention et le regard, très présente dans le Kyudo (tir à l’arc japonais) et bien d’autres arts martiaux. Devrait être dorénavant enseignée sur les bancs de nos écoles et collèges !

Quand Èva apparaît, peut-on parler d’Èva naissante ?

Dans les films oubliés du mois de Mars, le douloureux mais pêchu et drôle « Patients » de Grand Corps Malade. Dans ceux d’avril, le somptueux et vivement recommandé « Emily Dickingson, A Quiet Passion » du britannique Terence Davies, auteur fameux entre autres de « Distant Voices, Still Lives » et de « The Deep Blue Sea », également recommandés. À voir aussi « À mon âge, je me cache encore pour fumer » beau titre pour un huis clos dans un hamman algérien en 1995. Impressionnant ! On peut aussi voir « Aurore » avec Agnès Jaoui et « Cessez le feu » avec Romain Duris, Grégory Gatebois et Céline Salette. Et aussi « En amont du fleuve » avec Olivier Gourmet, Sergi Lopez et des paysages croates. Plus décapant, entre Bangkok et Birmanie est « Adieu à Mandalay ».

Gal, amant de la Reine, alla, tour magnanime, galamment de l’arène à la Tour Magne à Nîmes.

J’étais allé l’écouter à la Maison de la Poésie, interviewée par Maylis de Kerangal et je me suis délecté de la lecture de son roman Dans le silence du vent. Il s’agit de Louise Erdrich, grande auteure et figure de la littérature amérindienne. Je poursuis mon exploration de l’œuvre de Peter May avec la lecture de « l’Île au Rébus » polar situé entre Munich, l’île de Groix et Agadir. La synchronicité avec mon retour de cette ville tombait à point nommé et me remit en mémoire ce qui est pour moi un de mes premiers souvenirs « médiatiques », à savoir le tremblement de terre du 29 février 1960 qui est une des clés de ce roman. Lu aussi du même auteur « Scène de crime virtuelle » qui se passe dans l’univers « Second Life » à Los Angeles. La virtualité donne beaucoup de virtuosité au scénario, il n’empêche que l’intrigue pâtit quelque peu de ce trop plein de possibilités. Un écho de notre moderne réalité ?

Pour le dernier numéro de cette saison 2016-2017, le 10 s’ajoutera au 9 et les Nouv’ailes ne paraîtront que le …19 juin, juste après PLUMES DE VÉLO (voir Nouv’ailes #17) installées dans le petit village de Casteljaloux, en Lot & Garonne, non loin de Marmande.

En attendant ce qui va présider à nos avenirs, restez sauf et sur le qui-vive ! Fêtes-vous un joli mois de mai. Et un beau moi de «mais ?».

do 9517

RUE DES NOUV'AILES_19-1 RUE DES NOUV'AILES_19-2 RUE DES NOUV'AILES_19-3 RUE DES NOUV'AILES_19-4 RUE DES NOUV'AILES_19-5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Current month ye@r day *

Où suis-je?

Vous êtes en train de lire AU 9 RUE DES NOUV’AILES #19 chez Do Delaunay.

meta