AU 9 RUE DES NOUV’AILES #15

9 janvier 2017 § 0 commentaire

         Érythrée, Mali, Guinée, Algérie…

Elles viennent de là-bas mais vivent dans mon quartier ou une banlieue voisine. J’ai rencontré cette dizaine de femmes aujourd’hui lors de la première journée d’un stage « Écriture et Mouvement » pour les amener par le pinceau, l’encre et la gouache à une plus grande maîtrise de l’écrit, au dessin des lettres et ainsi au dessein d’être au monde. Une belle expérience qui réjouit de fraternité et d’humanisme ce début d’année.

« Enseigner ce n’est pas remplir un vase c’est allumer un feu », a écrit Montaigne.

L’hiver de l’atelier se peuple de projets dont j’espère que quelques uns verront le jour au printemps ou à l’été : Le Souffle des Écailles pour le Sancy, Aile toi, le ciel t’ailera, pour l’île de Ré, L’arbre à spirales pour Loches, Ailes & Œufs pour Annecy, Arbraspires pour le pays d’Aix ou encore des Plumes de Vélo pour la région de Marmande… And so and so…. Alors je continue à croiser les doigts et à dessiner , ce qui demande un certain sens de l’équilibre et de l’humour!

Quelle est la montagne préférée des peintres avant le vernissage d’une exposition ? C’est Le Mont Ventoux.
Après on peut attaquer la Sainte Victoire !

Sortira-t-on un jour de cette admiration sans bornes pour le monde anglo-saxon qui fait que l’Europe se croit obligée de les imiter systématiquement, jusque dans les détours du langage ? Est ce que la grande Trumperie et le Brèquezit seront les marques d’une rupture avec ce relent colonialiste ? J’aime bien le terme que les québécois ont inventé pour remplacer « spoiler » , cet anglicisme qui consiste à dévoiler la fin d’un film, d’une série ou d’un livre : divulgâcher.

Dieu n’existe plus. Il se faisait nommer Yahvé ! Si Y’avait, c’est qu’Y a plus !

« Moi, y’a que l’amour qui m’intéresse » a dit dans le poste la chanteuse Barbara Carlotti. Moi aussi. C’est une épice que je mets partout. Dans mon travail, dans les flèches de mon arc, dans la cuisine, dans mes tableaux, mes projets, mes amitiés, mes nouv’ailes, mes partages. Il est bon de rappeler, comme le faisait récemment à la radio le grand sage québécois Hubert Reeves, que de récentes études ont montré que le monde malgré les apparences, est de moins en moins violent et que ce que tout un chacun cherche sans forcément vouloir ou pouvoir se l’avouer, est cette énergie innommable qui fait se souvenir de la lumière juste avant l’aube.

Le temps méprise ce qui se fait sans lui.

C’est toujours un bonheur simple mais intense que la découverte d’un nouvel auteur et la promesse réjouissante de cheminer dans son univers : ce fut le cas pour moi au tournant du solstice avec Les Disparus du Phare de l’écossais Peter May. Deux paragraphes et j’étais embarqué avec perte de mémoire dans les brumes mystérieuses des Hébrides au nord ouest des Îles Britanniques….

Plus connu mais toujours aussi puissant Écoutez nos défaites de Laurent Gaudé. Il n’y a jamais de vainqueur, même si ce sont toujours eux qui écrivent l’Histoire avec un grand H et une grande hache.

En 2009, j’avais vu et aimé le film de Benoît Jacquot Villa Amalia tiré du roman de Pascal Quignard. Bien longtemps après, j’ai lu le livre. Et l’ai aimé.

N’oubliez pas que les constellations sont les premiers dessins humains.

Ce que l’on nomme communément la période des fêtes avec son insupportable mais inévitable obligation festive fut plutôt calme pour moi cette année, travailleuse et cinématographique. Il est passé dans peu de salles et sans doute trop furtivement mais c’est un vrai chef d’œuvre d’animation, un festival aquarellé et virtuose. Alors rattrapez vous en DVD quand il sortira et offrez-le aux grands et aux petits: il s’agit de La Jeune Fille Sans Mains de Sébastien Laudenbach. Une merveille !

J’avais zappé Dernières Nouvelles du Cosmos de Julie Bertucelli que de bons amis m’ont rappelé et ils ont eu raison…

Quoi de mieux pour aller au ciné juste avant le réveillon du 31 que le Voyage dans le cinéma français de Bertrand Tavernier. Trois heures dans le glorieux passé cinéphile pour sauter de bonne humeur dans les films de demain. Il y eut aussi Manchester by the sea, Paterson de Jarmush, (j’avais oublié que c’est lui qui a fait le merveilleux Dead Man, que l’on peut revoir ad libitum), Personal Shopper et Premier Contact avec de très beaux extra-terrestres à 7 pieds ! Sarah Forestier est formidable dans Primaire et Neruda est une belle écriture de cinéma qui ramène en lumière contrastée le grand poète chilien.

Et là je sors les yeux pleins de montagnes de La vallée des Loups, somptueux documentaire de Jean Michel Bertrand.

Quand aura lieu le prochain congrès des congres ?

J’ai parfois mal au monde mais promis, demain je me lève de bonheur.­

do 9117

rue-des-nouvailes_15-1 rue-des-nouvailes_15-2 rue-des-nouvailes_15-3 rue-des-nouvailes_15-4 rue-des-nouvailes_15-5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Où suis-je?

Vous êtes en train de lire AU 9 RUE DES NOUV’AILES #15 chez Do Delaunay.

meta