AU 9 RUE DES NOUV’AILES #14

9 décembre 2016 § 0 commentaire

rue-des-nouvailes_14-1 rue-des-nouvailes_14-2 rue-des-nouvailes_14-3 rue-des-nouvailes_14-4 rue-des-nouvailes_14-5 Anicca.

C’est un mot sanscrit que l’on peut traduire par « équanimité ». Je l’avais découvert en 1993 lors d’une retraite de 10 jours dans un centre de méditation Vipassana. On ne le trouve pas dans mon vieux Larousse des années 60 et Wikipédia dit que c’est ”une égalité d’âme, d’humeur, une disposition affective de détachement et de sérénité à l’égard de toute sensation ou évocation, agréable ou désagréable”.

Et il m’en a fallut une bonne dose ce matin du 30 novembre à l’humeur mi-fugue mi-raison puisque c’était mon dernier jour de cours à la MJC de Ballan-Miré. Je m’assois dans le métro qui m’emmène à Montparnasse après avoir acheté Libé, le Un et l’Officiel des Spectacles. Je parcours les colonnes du journal quand j’entends ma voisine dire haut et fort ” Ah ça, c’est le pire des journaux ! ” Je ne dis rien, ce qui visiblement l’énerve puisqu’elle enchaîne en m’enjoignant de fermer mon journal car elle est allergique à l’encre d’imprimerie. J’agite ostensiblement les mains pour libérer ma colère et quelques particules soi-disant allergènes, mais on vient de passer Edgar Quinet et ouf, je descends à la prochaine. Content mais quand même choqué de cette France rance qui asphyxie l’horizon et appelle à résistance. Comment faire ? Relire le bel ouvrage de Gérard Challiand et Jean Pierre Rageau paru en 2010 intitulé Géopolitique des Empires, Des Pharaons à l’Imperium américain” pour resituer tous ces événements qui nous dépassent dans une géo-histoire de la durée. Et en revenir à cet aphorisme du philosophe Alain repris par Gramsci Le pessimisme est d’humeur, l’optimisme est de volonté ”. Avons nous d’autres choix ?

Nous filons de mauvais filons et nos cocons filent de mauvais cotons.

L’atelier hiverne mais n’hiberne pas. C’est le temps des projets à tisser, tramer, imaginer. Et des plaques de zinc à graver. J’exposerai quelques gravures à la Galerie du Génie de la Bastille du 14 au 31 décembre lors d’une exposition-vente de petits formats. http://www.legeniedelabastille.com/evenement/minis-genie-2016/ J’y serai lors du vernissage le jeudi 15 décembre. Comme c’est une exposition collective, les artistes s’y relaient pour assurer les permanences : j’y serai les lundi 19 de 17 à 20h et et mercredi 21 de 14 à 17h. Ou bien sûr en rendez-vous à votre convenance au 06 83 75 39 35. Faites vous plaisir, achetez de l’art et ainsi donnez lui de la valeur ! Vous conjuguerez au présent la rencontre de ces trois verbes.

Un train peut-il arriver sans crier gare ?

”Le 21 janvier 1968, un B 52 s’est écrasé au nord de la base américaine de Thulé avec quatre bombes H à son bord. Trois ont été pulvérisé mais la quatrième est toujours sous l’eau… C’est honteux”. C’est ce que raconte Jean Malaurie, fondateur de la célèbre collection Terre Humaine, du haut de ses 94 ans pour inciter à sacraliser l’Arctique. Mais qui l’entend en ces jours d’intense pollution atmosphérique qui pique les yeux et fait tousser grands et petits et qui semble à chaque épisode une naïve découverte ? Peut être Sébastien Betbeder qui nous propose d’en sourire avec son film drôle et subtil Le Voyage au Groenland.

Un milliard et demi d’euros, c’est le coût du sarcophage qui vient d’être posé sur le réacteur n°4 de Tchernobyl prévu pour durer une centaine d’années. Et après ? Ben euh…. L’impact financier – nettoyage, traitements, conséquences sanitaires – de cette catastrophe a été évalué à 700 milliards de dollars (660 milliards d’euros) par l’ONG Green Cross. Celle de Fukushima n’en est pour l’instant ”qu’à 167,8 milliards d’euros”.

Froid et chaud ne sont pas égaux. La température peut atteindre des millions de degrés mais ne jamais descendre sous le zéro absolu, le zéro kelvin, qui est à -273,15° celsius! Brrrr ! De même on a inventé la centrifugeuse mais on attend encore l’inventeur (ou -euse) de la centri…péteuse !

« Réveil » est l’anagramme de « il rêve » a dit Tobie Nathan en parlant de son dernier livre « Le Secret de Vos Rêves ».

Si vous passez par la capitale avant le 20 février, ne ratez pas l’expo Chtchouckine à la Fondation Vuitton dans le bois de Boulogne… Ah les somptueux Matisse et la salle aux 11 Gauguin…. Il est prudent de réserver… À voir aussi jusqu’au 15 janvier, ”Soulèvements”, exposition présentée par Georges Didi-Huberman au Musée du Jeu de Paume.

Dans les émois des films du mois, l’austère mais sublime Une Vie de Stéphane Brizé d’après Maupassant.

L’intense Client d’Asghar Farhadi, le spirite Planétarium de Rebecca Zlotowski, Tour de France de Rachid Djaïdani, beau voyage entre rap et Depardieu, l’utile La Fille de Brest pour maintenir à flot de mémoire le scandale du Médiator, l’afghan et dépaysant Wolff & Sheep et Louise en Hiver, belle animation aquarellée de Jean François Laguionie.

Dans le lu de décembre, j’ai plongé dans ”Plonger” de Christophe Ono-dit-Biot et, avec un plaisir toujours renouvelé, dans Le Lagon Noir d’Arnaldur Indridasson.

J’ai écrit cette Nouv’aile en écoutant Le Cantiques des Cantiques d’Alain Bashung et Chloé Mons. 27’02 » de bonheur…

Comment ça s’écrit éteint-celle ? Ben pardi, comme violon selle ! Mais non, voyons, comme uni vers sel ! De la vie…

Gardez du feu dans les yeux et de l’oh dans la peau du solstice.

do 91216

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Où suis-je?

Vous êtes en train de lire AU 9 RUE DES NOUV’AILES #14 chez Do Delaunay.

meta